Rechercher

L'hémorragie du post-partum en Afrique : urgence signalée !

830 femmes meurent chaque jour des complications de la grossesse et de l'accouchement. L'hémorragie post-partum (HPP) est la principale cause de mortalité maternelle, presque tous les décès maternels (99%) se produisant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Prise en charge de l'HPP en Afrique avec WOA
Dr. Mathieu Makosso et son équipe

Le Dr. Mathieu Makosso, Chef de Service de Gynécologie-Obstétrique de l'Hôpital de Bagnols Sur Cèze a développé avec son équipe, une méthode et une scénarisation efficaces de la prise en charge de l'HPP qui a fait ses preuves.


« L’Organisation Mondiale de la santé définit l’HPP par la perte d’un volume sanguin supérieur à 500mL dans les 24 heures suivant un accouchement ».

Quand parle-t-on d'HPP ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la mortalité maternelle se définit par « le décès d'une femme survenu au cours de la grossesse ou dans un délai de 42 jours après sa terminaison, quelle qu'en soit la durée ou la localisation, pour une cause quelconque déterminée ou aggravée par la grossesse ou les soins qu'elle a motivés, mais ni accidentelle ni fortuite ». On distingue les causes directes de décès maternel (liées à des complications obstétricales pendant la grossesse, l’accouchement ou le post-partum) et les causes indirectes (liées aux complications de pathologies préexistantes). Le nombre de décès maternels dans le monde estimé par l’OMS était de 289000, soit un ratio de mortalité maternelle de 210 décès pour 100000 naissances vivantes (WHO 2014). Près de 99% de ces décès se concentrent dans les régions où les ressources sont les plus limitées. La région de l’Afrique de l’Ouest, située dans la zone sub-saharienne du continent, est la plus touchée. Son ratio de mortalité maternelle était de 468,9 décès maternels pour 100000 naissances vivantes (Kassebaum et al 2014). En comparaison, ce ratio s’élevait à 16,0 décès maternels pour 100000 naissances vivantes dans les pays à ressources élevées (Kassebaum et al 2014). (#HPPafrique, #mathieuMakosso, #santematernelleetinfantile).


L'Afrique subsaharienne reste la région où le taux de mortalité maternelle est le plus élevé, avec 546 pour 100 000 naissances vivantes. Il reste donc encore beaucoup à faire pour atteindre l'ODD3 de réduire le taux mondial de mortalité maternelle à moins de 70 pour 100000 naissances vivantes.


L'objectif est de former les personnels de santé et d'apporter une contribution à l'organisation de la prise en charge. Les sages-femmes sont en première dans cette démarche, ainsi que les familles. 1er pays pilote, le Cameroun en 2021, sous la houlette du Dr. Mathieu Makosso.

104 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout