top of page
Rechercher

L'hygiène menstruelle est une urgence en Afrique pour les jeunes filles démunies


Chaque jour, dans le monde, environ 800 millions de femmes et de filles ont leurs règles. Un tiers d’entre elles n’ont pas accès à de l’eau propre, à des toilettes privées, décentes et qui leur sont adaptées, ni à des protections pour vivre cette période avec dignité.


La question de la précarité menstruelle, c’est-à-dire de la difficulté pour des filles et des femmes à avoir accès à des protections hygiéniques, émerge depuis quelques années, notamment grâce aux médias. En 2019, une étude du journal Le Monde a révélé que, en France, une femme dépense en moyenne 3 800 euros dans sa vie pour son hygiène menstruelle (cette somme inclut les protections hygiéniques et autres frais directement liés aux menstruations, tels que les antidouleurs ou les consultations chez un gynécologue). Ces dépenses pénalisent particulièrement les femmes les plus vulnérables (les femmes pauvres, sans domicile fixe, réfugiées, etc.), creusant un peu plus les inégalités dont elles sont victimes (Source : IRD).







Women of Africa agit pour favoriser l'accès des femmes à des serviettes hygiéniques lavables, à des kits de dignité, le tout couplé à des solutions d'accès à l'eau. En 2023 et 2024, Women of Africa au Zimbabwé et en Ouganda lanceront un projet de fabrication de serviettes. Les actions de sensibilisation sont également menées dans les écoles en impliquant les garçons et les enseignants.

59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page